Perlage autochtone

Artiste de logo perlé – Annie Cobourne

Annie Cobourne, une artiste du perlage et membre des Premières Nations de Cold Lake, en Alberta, a beaucoup de patience. Elle pratique le perlage depuis plus de 50 ans. « J'ai appris à pratiquer le perlage de ma tante, lorsque j'avais 8 ou 9 ans. J'ai commencé par des colliers de fleurs. Depuis, j'ai réalisé des coquelicots, des boucles d'oreilles, de petits portefeuilles, des capteurs de rêve. Notre bande avait l'habitude d'offrir ces objets en cadeaux. J'ai appris à faire des mocassins par moi-même. J'ai essayé à peu près tout. » Annie dit en riant : « J'aime essayer de nouvelles choses – je me lance constamment dans de nouveaux projets! Lorsque des amis et membres de la famille me demandent de fabriquer quelque chose pour eux, ils m'apportent parfois un modèle ou ils me disent simplement : “Surprends-moi”. »

Toutefois, Annie a un conseil pour les personnes qui aimeraient s'essayer au perlage : « Si vous n'avez pas de patience, il est inutile de prendre l'aiguille. » Tandis qu'elle travaillait au concept du logo de Petro-Canada, elle a brisé au moins six aiguilles. « Les aiguilles sont extrêmement minces. Et il y a beaucoup de fil à transpercer à l'arrière. Cela fait qu'il est très difficile de travailler avec. »

Lorsqu'on lui parle de sa participation au projet de logo perlé de Petro-Canada, Annie répond : « C'était gentil de leur part de penser à moi. Il y a beaucoup de personnes qui s'adonnent au perlage sur la réserve. C'est bien que les gens sachent ce que je fais. » Annie enseigne également le perlage, particulièrement aux enfants et adolescents. « Cela contribue à éviter qu'ils traînent dans les rues et prennent de la drogue. »

Elle croit aussi que l'initiative pourrait être positive pour la réconciliation.

Annie croit qu'il y a du travail de réconciliation à faire de tous les côtés. « Pour que les gens puissent se réconcilier, ils doivent faire face à leur passé du mieux qu'ils le peuvent, puis le laisser là. Aujourd'hui, les enfants souffrent parce qu'ils sont coincés… Mon père m'a appris à pardonner et à aller de l'avant. Il ne m'a jamais dit s'il était allé dans un pensionnat. Il n'en parlait pas parce qu'il ne voulait pas que ses enfants aient à faire face à cela. Il ne voulait pas que cela détruise nos vies. »

Ultimement, le pardon et la gratitude agissent comme boussole pour Annie. « Les gens devraient être reconnaissants d'être là – par rapport à ceux qui ne sont jamais revenus à la maison. Nous devons les garder dans nos cœurs. Mais je suis pas mal certaine que ces enfants ne voudraient pas que leurs familles soient coincées dans le passé… si nous pouvons pardonner, nous n'avons plus à vivre dans le passé. »

Lire plus d'histoires sur les artistes