Perlage autochtone

Artiste de logo perlé – Didi Grandjambe

Didi Grandjambe, artiste crie du perlage et résidente de la Première Nation de Fort McKay, pratique cet art depuis seulement quatre ans. Son premier projet, une cravate perlée pour la remise des diplômes de son neveu, a suscité une passion qui n'a cessé de se développer depuis. « Le perlage est une pratique courante dans ma famille. Ma grand-mère et mon arrière-grand-mère en faisaient, mais comme je n'ai pas grandi avec elles, je l'ai appris par moi-même. J'ai grandi dans une culture urbaine, mais une fois déménagée à Fort McKay, j'ai participé à un plus grand nombre d'activités traditionnelles, y compris le perlage et le piégeage. »

Didi utilise les fourrures provenant de ses pièges pour créer des mocassins et des mitaines. Elle les perle, et perle aussi des cordons, des boucles d’oreilles, des bandeaux de chapeau et d'autres projets personnels. En 2020, Didi a également participé au projet #BeadYourProvince | #BeadYourState, dans le cadre duquel sa conception de l'Alberta a été choisie pour la carte finale.

Lorsque Didi a créé sa version du logo de Petro-Canada, ça lui a pris deux essais, mais elle savait ce qu'elle voulait faire.

Didi est heureuse de participer à l'initiative du logo perlé de Petro-Canada et espère que d'autres entreprises suivront l'exemple avec des projets qui amorceront un processus de sensibilisation. « Solliciter les gens de la région qui font de l'artisanat traditionnel, c'est une bonne façon de s'ouvrir à notre culture. Les gens commencent alors à poser des questions et à vouloir en apprendre davantage. »

Ce processus de sensibilisation s'applique également aux Canadiens qui se renseignent sur la vérité et la réconciliation. « Nous ne changerons pas si nous ne reconnaissons pas pleinement le passé. Les gens doivent être au courant de l'histoire du Canada et des Autochtones. Je connais beaucoup de gens qui n'ont pas appris la vérité à l'école. C'est bien que des entreprises comme Petro-Canada l'enseignent à leurs employés sur le lieu de travail. On parle seulement de la génération précédente. Nous avons tous des amis ou des membres de la famille qui sont allés à un pensionnat. Ça prendra du temps avant que tout le monde reconnaisse et sache ce qui s'est réellement passé; mais ensuite, j'espère que les gens commenceront à avoir des conversations essentielles qui nous feront progresser vers la vérité et la réconciliation. »

Lire plus d'histoires sur les artistes