Perlage autochtone

Artiste de logo perlé – Zelda Stevens

La carrière de perlage de Zelda Stevens a commencé d'une façon quelque peu inhabituelle. Elle suivait un cours au Assiniboine Community College à Brandon, au Manitoba, et elle s'est arrêtée à l'un des centres culturels autochtones de l'école, où une coordonnatrice culturelle enseignait le perlage traditionnel. Zelda a appris les bases de cette personne et a poursuivi son parcours d'auto-apprentissage au cours des treize dernières années.

Zelda est membre de la Nation crie de Mosakahiken de Moose Lake, au Manitoba. Le perlage l'aide à se sentir plus près de sa culture. « Ma grand-mère est très heureuse que l'un de ses petits-enfants ait repris la tradition et la poursuive. J'ai aussi appris l'art du perlage à mes enfants. Ce sont des danseurs lors des pow-wow et nous avons travaillé sur plusieurs de leurs ornements de danse. »

Pour Zelda, le perlage est également une forme de thérapie. « Lorsque je me perds dans un projet, je suis capable de réfléchir et de résoudre les problèmes. Je dois toutefois être prudente − si j'ai un problème, cela peut se refléter dans mon travail. J'ai des projets qui se sont emmêlés ou ont formé des nœuds lorsque je traversais quelque chose. Le perlage m'aide aussi à retenir l'information. Parfois, je perle lorsque je suis en classe, pendant que j'écoute la présentation. Cela m'aide à me rappeler. »

Lorsqu'elle conçoit un nouveau projet, Zelda s'inspire des couleurs et des perles elles-mêmes. « Une grande partie de mon travail consiste à créer des médaillons personnalisés. Je travaille avec un client et nous discutons du type de perles qu'il souhaite, de la taille de la pièce et du style. Je conçois la pièce dans ma tête, puis sur l'ordinateur – l'utilisant pour dessiner le motif. Pour le logo Petro-Canada, il était important d'avoir le motif, particulièrement en raison du lettrage – le lettrage est difficile à réaliser parce qu'il faut être très précis et les perles doivent toutes avoir la même dimension. »

Zelda voit son perlage comme une façon positive de partager sa culture. « Mon perlage est ouvert à tous. Vous devriez être à l'aise de le porter et de parler de sa provenance, et de la personne qui l'a créé. » Elle est surprise lorsqu'elle voit des gens qui ne connaissent pas la culture et l'histoire autochtones. « Quand je suivais mon cours sur la toxicomanie et le service communautaire, il n'y avait aucune histoire autochtone intégrée à mon cours. Les professeurs devaient donc l'intégrer eux-mêmes. Notre histoire est importante pour comprendre la toxicomanie chez les Autochtones. En comprenant ce que les Autochtones ont subi, les conseillers en toxicomanie sont mieux outillés pour les aider. »

La compréhension de ce que les Autochtones ont subi est également essentielle pour la réconciliation.

Zelda encourage les Canadiens (les personnes et les entreprises) à prendre des mesures supplémentaires vers la réconciliation, en plus de reconnaître l'art autochtone comme le perlage. « Profitez d'une occasion d'assister à une cérémonie comme celle de la danse du soleil. Vous y gagneriez beaucoup et vous seriez en mesure d'établir un lien réel avec la culture autochtone. Afficher l'art est une chose, mais participer et apprendre est une tout autre affaire. »

Lire plus d'histoires sur les artistes